- files

Sumériens, Akkadiens, Anunnaki et histoires mésopotamiennes – Épisode 8


La Prière

Le début de la civilisation Mésopotamienne

L’Histoire commence au IV millénaire avant J-C en Mésopotamie, située dans le croissant fertile, au Proche-Orient.

Potamós en grec signifie «fleuve», et Mésos «entre».

La Mésopotamie se trouve donc entre les fleuves du Tigre et de l’Euphrate.

Les Sumériens sont le premier peuple connu à s’installer dans le Sud de la Mésopotamie. Ils ont développé de nombreux points de repère qui servent à définir une «civilisation». Comme le premier système d’écriture, les systèmes d’irrigation, ils établissent petit à petit les premières villes.

Les Akkadiens, se trouvent plus au Nord et sont plus nombreux que les Sumériens, ils finissent par mélanger leurs cultures avec ces derniers, ils se serviront de la connaissance des Sumériens afin de développer leur propre modèle d’écriture.

La Mésopotamie est découpée en plusieurs villes-états indépendantes. Chacune de ces villes contient des bâtiments publics, des marchés, des ateliers et des systèmes d’eau avancés, et est entourée de villages et de terre pour l’agriculture. Le pouvoir politique appartient à l’origine aux citoyens, mais comme la rivalité entre les différentes villes-états augmente, chacune d’entre elles a adopté l’institution de la royauté.

Reconstitution de la ville d’Ur
Ziggurat d’Ur

Les Sumériens disparaissent peu à peu en raison d’un déclin démographique. Mais pas leurs connaissances bien ancrées dans le peuple Akkadien.

La langue/écriture sumérienne, c’est comme le latin pour nous, c’est une langue morte, mais sacrée. Elle est reprise par les Mésopotamiens dans leur texte religieux ou épopée.


La Religion Mésopotamienne

Introduction au fait religieux : Une religion, c’est quoi?

Une Religion dans sa globalité, comporte une perception/représentation du sacré (dieux, démons ), ainsi qu’une pratique cultuelle (Prière, offrandes ).

Toutes les religions institutionnelles ont pour origine des traditions, qui se cristallisent en une religion révélée à travers un texte fondateur.

Une religion traditionnelle est donc héréditaire, et est évolutive. Elle ne possède pas de texte fondateur figée dans le temps; ce qui la fera évoluer.

Une religion révélée ou historique : Un fondateur (Groupe de personnes, clan, individu unique, etc. ) ou une période identifiable dans le temps et l’espace, nous indique une historicité. On peut déceler la naissance d’une religion.

La religion historique provient d’une religion traditionnelle, elle est ensuite ancrée dans le temps et dans l’espace. Exemple : la Bible.

« Les religions révélées sont toujours issues d’une religion traditionnelle préexistante. »

Jean Bottéro

Vers qui se dirige leur foi ?

Les principales divinités mésopotamiennes :

Période suméro-akkadienne

Dieu = Dingir / Ilu

An / Anu : est le Dieu du Ciel, suprême. C’est un Dieu inaccessible, lointain. Il ne s’occupe pas des affaires humaines et donc délègue la responsabilité de la Terre à son fils le plus honorable, le plus vaillant. Ce sera Enlil. Il lui donne la prérogative de régner, sur l’univers visible. Et les autres dieux ont des fonctions diverses.

Enlil / Ellil : Roi des dieux, dieu du destin et de la royauté, dieu du vent.

Enki / Ea : dieu de l’Apsû (eau douce, masse d’eau calme), de la sagesse, des arts et techniques, de la magie.

Inanna / Ishtar : déesse de l’amour, du ciel et de la guerre.

Nanna / Sin : dieu de la Lune.

Utu / Shamash : dieu du Soleil, de la justice et des incantations magiques.

Dieux nationaux :

Marduk (Babylone) : Dieu de Babylone, divinité de la fertilité, de la foudre, de l’exorcisme.

Assur (Assyrie) : Dieu national de l’Assyrie, divinité de la fertilité, de la foudre.

Il pourrait y avoir plus de dieux, mais ils sont inscrits dans la mythologie et non dans la religion mésopotamienne.

Donc nous nous trouvons au 3e millénaire av J-C, la plupart des dieux ont une origine sumérienne (plus de 300).

Les Akkadiens ayant repris les éléments civilisationnels des Sumériens, reprennent également une bonne partie du panthéon sumérien. Au 2e millénaire av J-C, on retrouve une trentaine de dieux. (Merci les Akkadiens)


Cosmogonie : L’origine des Dieux

Marduk VS Tiamat

Voilà le problème : la moitié des Dieux ont pour parents leurs propres enfants. Donc les questions sur l’origine arrivent.

Première tentative chez les Sumériens (fin du III millénaire) :

L’entité primordiale Tiamat/Nammu est la dame des eaux. Au début, il n’y as rien sauf Nammu. Représentée par un océan chaotique de béatitude que l’on nomme la mer salée. Elle engendre un couple qui engendre un couple qui engendre un couple etc. Bon, on a rien résolu, à pars le nom pour le début de l’histoire.

Mais une question se pose chez les Sumériens, comment Nammu a pu engendrer un couple alors qu’elle est seule .. Du coup, c’est là que Apsû apparaît !

Nammu en compagnie d’Apsû forment le couple primordial. Apsû représente les eaux douces. Ces eaux vont donc se mélanger pour donner le premier couple primordial qui va donner naissance à un couple, etc.

Le récit de la cosmogonie se remplit petit à petit, surtout au II millénaire av J-C. Grâce aux dieux nationaux.

Et oui, les Assyriens et les Babyloniens se réfèrent tout le temps à l’antique Sumer. Et l’émergence de ces dieux nationaux va avoir une importance considérable dans le Panthéon. Cela est raconté dans l’Enuma elis :

Aux premiers temps de l’humanité, il y a Nammu et Apsû. Ce couple primordial engendre des enfants. On arrive à Anu, qui engendre avec Ninhursag ( déesse de la terre ) des enfants également. Le problème étant que Apsû (premier dieu masculin) n’en peut plus des Anunnaki ( Anu et ses fils), il veut les éliminer. Mais Tiamat ne veut pas, elle aime ses enfants. Apsû décide de les tuer quand même, seulement entre temps Enki a eu connaissance du complot, et donc ce dernier va tuer Apsû et s’approprie son pouvoir, donc Enki devient le maître des eaux douces. Tiamat énervée qu’on ait tuer son époux, elle décide de tuer tout le monde, elle engendre une série de monstres, de dragons, de démons, un grand chaos dirigé par Kingu, ces monstres vont ravager le monde.

Les Anunnaki mènent la guerre contre ces monstres tout aussi divins qu’eux. Mais ils ne font pas le poids face à Kingu, car il est trop puissant. Finalement, c’est le fils de Enki, Marduk, qui va éliminer Kingu en combat singulier, ensuite les autres monstres et en dernier Tiamat. Il la démembre avec des morceaux de son corps qui formeront la voûte céleste, la terre, les eaux, ses yeux forment le tigre et l’Euphrate. La Lune fut créée pour régler le mois et le Soleil pour le jour.

Marduk contre Tiamat

La mère primordiale permet de créer l’architecture du monde via Marduk le Dieu civilisateur.

Ce dernier va créer les humains pour servir les dieux à partir d’argile et du sang de Kingu.

Jordan Peterson explique les points en commun entre la Bible et les histoires mésopotamiennes…

La représentation des dieux par les Mésopotamiens

Statuette en terre cuite du dieu Enki/Ea sur un trône, une coupe à la main. II millénaire av J-C.

Les dieux bien que très puissants, immortels et dotés de pouvoirs, possèdent un comportement anthropomorphique : Ils dorment, boivent, mangent, s’énervent, se disputent entre eux etc. (en vrai ils sont un peu capricieux, il faut se le dire)

Dans le monde suméro-akkadiens, chaque ville est sous la protection d’un dieu tutélaire, ex : Enlil à Nippur (ville principale vu qu’Enlil est le roi des dieux), Enki à Eridu, Sin à Ur, An à Uruk, Utu à Larsa, Marduk à Babylone, Assur à Assur, Ishtar à Arbèle.

Dans chaque cité-état, on retrouve un temple. Dans le temple qui est la maison d’une divinité, il y a une statue, qui est habitée par la puissance de la divinité en question, cette divinité vit dans les cieux mais vient aussi sur terre à travers cette statue. (en mode vacances quoi)

Ils entretiennent les statues : prendre un bain, l’habiller, mettre des bijoux, des ornements, ainsi que des processions, faire les marchés dans la ville, se promener, se présenter à la population. On l’emmenait d’une ville à une autre.

Exemple d’une procession : Ils sortent le dieu Sin de sa Ziggurat, le mettent sur une barque (attention ce n’est pas une petite barque, c’est un dieu) royale, ainsi qu’une dizaine d’autres barques pour les servants, les banquets, les prêtres, les devins, le Roi de le cité, ses épouses etc. Tout cela en remontant l’Euphrate vers la cité de Nippur. C’est le moment de la cérémonie annuelle où le dieu Sin allait voir son père Enlil qui lui est dans le temple de Nippur. Une fois arrivés, les offrandes du dieu Sin sont apportées au dieu Enlil. Et ensuite tout le monde rentre chez soi et Sin retourne dans sa Ziggurat ! (c’est très sérieux)

Chaque Homme à un dieu titulaire. Par exemple un homme à pour dieu titulaire Sin, et bien si cet homme veut adresser un message/ prière au dieu Shamash, il fais passer son message par son dieu titulaire Sin et ce dernier se chargera de transmettre le message à Shamash.

Les dieux sont aussi représentés par des astres. Par exemple le dieu du Soleil : Utu/ Shamash, est dans le temple, mais le soleil le représente. Le Soleil n’est pas le dieu en question mais ce dernier a placé le Soleil là. Le Soleil est un « objet » appartenant à Shamash. Il en est de même pour Vénus avec Ishtar. Les dieux déplacent à leur convenance les astres/constellations.

Et les dieux sont également représentés par les nombres. L’écriture étant considérée comme sacrée, les nombres aussi. S’ils sont sacrés, ils appartiennent au divin. Ce sont leurs signatures. Par exemple : 60 est la signature du Dieu suprême An/Anu.


La représentation du monde chez les Mésopotamiens

La terre est plate, avec des montagnes infranchissables aux extrémités qui pourrait rejoindre les cieux.

Nous avons An/Anu qui est bien loin dans le ciel. Puis la résidence des Anunnaki avec le trône de Marduk. (C’est un peu une religion d’aristocrates car bien que fut apprécié Marduk, le peuple vénère toujours la triade première An/Enlil/Enki)

On retrouve ensuite Ki (ou Ninhursag) la déesse de la terre mais qui est représenté par la terre des Hommes.

L’Apsû est l’apparition des fontaines, des fleuves, des rivières, c’est le domaine des eaux douces, où elles jaillissent.

De la Terre en passant par l’Apsû, il y a un fleuve. Ce fleuve c’est l’Hubur, il a la particularité de conduire jusqu’aux enfers. Il est une passerelle entre le monde des vivants et le monde des morts.

Plus tard, les Mésopotamiens pensent que les connaissances sont issus des bienveillances du dieu Enki, qui offre les « Mé » (terme intraduisible) ; à l’humanité, l’écriture, l’irrigation, l’agriculture, l’architecture etc.

Sur quoi repose la foi de l’Homme

Le respect et le service : L’humain est créé pour servir, et de fait, leurs vies sont un présent qui possède des contraintes.

La crainte : Se soustraire à ses obligations pourrait provoquer la colère des dieux

Le but de la vie : Réussir son existence terrestre, profiter des plaisirs de ce monde et mourir sans regrets, avoir des descendants avec un sentiment d’accomplissement. (culture hédoniste)

Les dieux sont inconnaissables pour les Hommes. Il n’y a pas de notion d’amour dans la religion des dieux, concept absent en Mésopotamie. Ils sont sur Terre pour servir les dieux, c’est tout.

La notion de péché n’existe pas ( péché originel), l’homme n’as pas fauté. Ils n’ont pas de code religieux avec ce qui peut être fait ou non. Mais la ville a mis en place des codes : Le code d’Ur-Namma (2100-2050 av J-C) : Dans ce texte, si un mal physique est causé, il y a une compensation financière. Par contre, les actes de meurtre, vol, adultère et viol sont punis de la peine capitale !

Source

Mais au niveau religieux, pas de loi.

La mort et l’au-delà

Les morts vont en enfer, tous. C’est un espace ou la vie est morne, sans saveur, sans plaisir et ce pour l’humanité (sumériens). C’est pour cela que les Mésopotamiens profitent au maximum des plaisirs de la vie.

Il existe une notion de jugement ( chez les akkadiens) pour les personnes très très importantes. Les Rois par exemple ont le droit à une petite faveur en plus.

La notion des tablettes du destin est le centre absolu de ce qu’est la religion mésopotamienne. Ces tablettes sont gardées par le dieu Enlil (sumériens) / Marduk (babyloniens).

Il est important de comprendre à quel point les Mésopotamiens se réfèrent toujours aux dieux. Ce sont eux qui écrivent le destin dans les astres et tout le visible. Les hommes doivent connaître la langue des dieux, afin de faire des offrandes nécessaires pour vivre plus longtemps, ne pas tomber malade, éviter le plus de malheur possible. En gros, les Mésopotamiens ont un contrat avec les dieux, et les prières et les offrandes sont faites pour négocier le contrat avec ces derniers.

Les rites d’exorcisme

Les démons sont des êtres intermédiaires entre les Hommes et les dieux, ils peuvent tourmenter les humains soit par envie soit par demande d’un dieu.

Les Etemmu, âmes des morts restés piégés sur terre. Ils peuvent maudire les vivants ainsi que de vouloir posséder leurs corps. D’où l’importance de l’exorcisme.

Le premier est le rite par analogie : par exemple si un Homme se fait piquer par un scorpion. Pour les Mésopotamiens c’est un démon/ Etemmu qui a pris possession du corps du scorpion pour le piquer volontairement. Un médecin vient donc soigner cette piqûre, ainsi qu’un exorciste. Cet exorciste va prendre un autre scorpion, va lui retirer le dard ( pendant qu’il prononce son rite magique ) afin que par analogie cela affecte tous les scorpions. On agit sur un élément identique afin d’avoir une réponse sur l’élément d’origine.

Le deuxième est le rite de transfert ou de substitution : Quand un homme est maudit ( par un démon ou Etemmu ) il peut transférer sa malédiction sur quelqu’un d’autre ou sur autre chose. La plupart du temps c’était sur une petite statuette que la malédiction était renvoyée.

Autre exemple avec le Roi d’Assyrie qui portait une malédiction ( suite au dire de ces devins qui avaient analysé au préalable les astres et avaient vu une malédiction se diriger vers le Roi ). Le rite de transfert sur la petite statuette ne sera pas suffisante car il s’agit d’un Roi, donc il vont enlever les habits du Roi, vont le purifier, l’exorciser, puis l’habillent en paysan. Ils vont ensuite chercher un paysan ( soit un ennemi en prison soit un volontaire ) qu’ils vont habiller en Roi pour qu’il prenne la malédiction sur lui.

Le troisième c’est des litanies aux dieux ( de longues et grandes prières )

L’entrée en enfer

L’Hubur est le fleuve qui va séparer le monde des vivants de celui des morts. L’eau représente la séparation des deux mondes.

Irkalla : Autre nom pour désigner l’enfer

Petû : Est le gardien des enfers, il garde la première porte de l’enfer. (Il y en a 7)

A chacune de ces portes, pour les franchir, il va falloir passer des épreuves : Se déposséder de ses biens. C’est pour cela que la vie est morne et sans plaisir, car les Etemmu se dépossèdent de tout. Ils n’ont plus rien une fois passer ces 7 portes.

Les rites funéraires : L’inhumation est de rigueur et peut réduire la souffrance éternelle. Si les rites ne sont pas respectés, l’Etemmu reste sur terre et tourmente les vivants jusqu’à son exorcisme.

Le Kispu : Rite mensuel où l’on partage le repas avec les morts, afin d’alléger leurs fardeaux dans l’au-delà. (chant/ danse/ nourriture/ musique etc. ) C’est comme s’ils avaient la télé une fois par mois. Voilà l’enfer chez les Mésopotamiens.


Aux origines de la Bible

  • Élohim = Élohim dans la Bible est le nom de Dieu (Controverse Dieu ou Dieux (Élohim)) ce qui donnerait, El le Dieu suprême et Élohim, les fils de Dieu.
  • Comme Anunnaki en Mésopotamie An/Anu est le Dieu suprême. Les Anunnaki sont des Dieux, mais les fils du Dieu suprême.

La création du monde, dans la genèse (bible) : Dieu unique crée le monde, sépare le ciel et la terre, met en place tout ce qui doit être.

La création du monde, dans l’Enuma elis : Marduk fait de même que Dieu à la fin du combat contre Tiamat.

  • Création de l’humanité : Crée par Dieu. L’Homme à partir d’argile et la femme (Eve) à partir de la côte d’Adam.
  • Création des humains/ Awîlu : Crée par Marduk. Il va tuer un monstre du nom de «Kingu» , va prendre le sang de ce monstre, de l’argile pour ainsi modeler les premiers humains.

Le déluge et l’arche de Noé : Noé prévenu d’un déluge par Dieu, avec des indications précises afin de construire une Arche. Il emmène avec lui ses proches ainsi que des couples d’animaux.

Atrahasis : Prévenu d’un déluge par le Dieu Enki, avec des indications pour construire une Arche afin de survivre au cataclysme. Il emmène avec lui ses proches ainsi que des couples d’animaux.

L’origine de la création de l’humanité selon les Sumériens et l’épopée d’Atrahasis.

  • Combat contre Léviathan : Force du Chaos qui combat Dieu.
  • Combat contre Tiamat : Marduk qui va combattre la Déesse Dragon Tiamat, de son corps coupé en deux résultera les différents éléments de la création.

Naissance de Moise : Abandonné sur les eaux d’une île, retrouvé par une servante ou fille de pharaon.

Naissance de Sargon : Abandonné sur les eaux de l’Euphrate, retrouvé par une intendante/jardinier du palais d’un royaume Mésopotamien.

Un homme de la maison de Lévi avait pris pour femme une fille de Lévi. Cette femme devint enceinte et enfanta un fils. Elle vit qu’il était beau, et elle le cacha pendant trois mois. Ne pouvant plus le cacher, elle prit une caisse de jonc, qu’elle enduisit de bitume et de poix; elle y mit l’enfant, et le déposa parmi les roseaux, sur le bord du fleuve. La sœur de l’enfant se tint à quelque distance, pour savoir ce qui lui arriverait.
La fille de Pharaon descendit au fleuve pour se baigner, et ses compagnes se promenèrent le long du fleuve. Elle aperçut la caisse au milieu des roseaux, et elle envoya sa servante pour la prendre. Elle l’ouvrit, et vit l’enfant: c’était un petit garçon qui pleurait. Elle en eut pitié, et elle dit: C’est un enfant des Hébreux! Alors la sœur de l’enfant dit à la fille de Pharaon: Veux-tu que j’aille te chercher une nourrice parmi les femmes des Hébreux, pour allaiter cet enfant?

Exode 2 : 1 – 7

Notre Héritage

L’écriture

Parmi les inventions des Mésopotamiens, nous retrouvons l’écriture ! Une écriture, en forme de « clous » (du latin « cuneus ») qui donna le mot cunéiforme. Ce sont des inscriptions sur des tablettes d’argiles qu’ils font sécher au soleil. L’écriture cunéiforme fut inventée pour les échanges commerciaux, afin de ne pas envoyer en permanence un émissaire. Il est aussi utilisé pour l’astronomie et l’astrologie.

L’irrigation

La civilisation mésopotamienne a inventé l’irrigation. Grâce à ce système, ils ont pu contrôler le débit de l’eau de la rivière et utiliser cette ressource pour irriguer les cultures.

Le premier système d’irrigation consistait en une série de fossés allant de la rivière aux champs. L’eau était transportée par gravité.

Avec l’irrigation, l’agriculture est devenue possible même dans les régions où les terres n’étaient pas très fertiles et où les précipitations étaient faibles

Les Mathématiques

Les Mésopotamiens se servent de leurs pouce pour compter. Mais un doigts ne faisait pas 1. Un doigt fait 3 car il y a trois phalanges. Ainsi sur une main il comptent jusqu’à douze. Se servent de cette base 12 pour l’autre main où un doigts = 12, et la main entière = 60.

Cette base 60 est encore utilisée aujourd’hui pour compter les heures, les minutes et les secondes.

Ainsi qu’un cercle fait 360°, cela vient aussi des Mésopotamiens via la base 60. (6 fois 60 = 360)

La bière

La bière est l’une des premières préparations alimentaires humaines connues. Brassée pour la première fois en Mésopotamie, entre les bassins du Tigre et de l’Euphrate.

L’Hymne à Ninkasi est certainement le texte le plus utilisé dans le brassage moderne de bière sumérienne. Ninkasi (« Dame qui remplit la bouche ») est la déesse de la bière et des brasseurs dans la mythologie sumérienne. Elle est la fille d’ Enki et de Ninhursag. Son nom akkadien est Sirish, « fermentation ».

(60) ANUNNAKI – La religion de Mésopotamie, les dieux, les cultes et les rites – YouTube

(60) Le Mythe du Déluge – La légende d’Atrahasis qui a inspiré l’arche de Noé – YouTube

Table des matières

Vous êtes notre indépendance
Autres articles
Autres Articles